Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 17:42

Un point d’encre en errance sur la page chiffonnée
Des étincelles de pluie glissées au carreau
Un claquement dehors, comme si le vent voulait malmener l’eau
Une caresse de lumière qui descend sur l’oreiller.

La nuit entre et se sert: elle empoche dans son grand sac à mensonges tous les rêves anciens, présents, à venir, les mélange en brassées de souvenirs malformés; elle les colle sur le lourd imprévu de tous les sommeils.

Le silence d’or de la lumière s’est refermé
La page s’est éteinte sans un mot
La ville close s’est poussée sur le temps décompté
Il n’y a plus que le noir le vent et l’eau.

Une respiration
Une paupière serrée

L’encre n’a pas fini de hurler.

 Ut le 29/09/2008

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charlie 01/10/2008 10:05

C'est quand descend le soir qu'on laisse souvent aller...quand les paupières se serrent au lieu juste de se fermer...
L'encre n'aura jamais fini de hurler...
Notre seule chance est de pouvoir la déposer sur le papier et la partager.
La nuit semble alors moins longue et le jour peut alors se lever...
Pour moi qui ai des insomnies parfois c'est encore plus vrai !!
Un gros baiser pour toi mon Ut.
BIZ :)

Ut 01/10/2008 22:31


Tu as tout vrai Charlie!
Heureusement je ne connais pas l' insomnie!
Biz idem sur ton repos.


lutin 30/09/2008 22:45

Superbe !

"La nuit entre et se sert: elle empoche dans son grand sac à mensonges tous les rêves anciens, présents, à venir, les mélange en brassées de souvenirs malformés; elle les colle sur le lourd imprévu de tous les sommeils. "

Ut 01/10/2008 22:06


J'en ai exactement autant au sujet de tes mots à toi!


canelle56 30/09/2008 21:58

surprenant ce texte par son intensité ...je m'y sens un peu prisonnière ce n'est qu' un avis tout simplement pas celui d'une poète!!bonne soirée

Ut 01/10/2008 22:00


Oui,
c'est une bonne traduction: prison du noir, de l'inconnu, de ce qu'on ne saura jamais....
Douce soirée à toi.


katherine 30/09/2008 21:56

Que l'encre hurle ou soit douce, elle se perpétue dans un flot qui nous ravit et parfois nous rend gourds.
La plume demeurera malgré tout, parce qu'elle notre héritage et que nous la transmettront.
Baisers ma clé qui écrit si bellement :)

Ut 01/10/2008 21:58


Tu en parles bien mieux que moi katherine: je n'ai pas de plume, j'ai seulement des ressentis; toi tu es écrivaine.
Baisers Katherine.


denis 30/09/2008 16:00

cette encre noire nous hurle le silence...quand elle aura fini,peut être chantera t'elle l'espoir de lendemains...

bises...

Ut 01/10/2008 21:47


Oui, faut pas désespérer Denis :)
Et puis un hurlement n'est pas forcément, même d'endre noire, désespérant.....
J'aime beaucoup ton blog.
belle nuit d'encre bleue? :)


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives