Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 18:10


Toulon ce petit matin, TER.
Gare de Marseille St. Charles une heure plus tard; foule, longue descente aux rafales d’air malodorantes des métros.
Sortie National, quartiers Nord.
Grands trottoirs vides; ciel plus large et plus clair qu’hier malgré l’absence du Mistral. Pas de cris d’enfants, pas de mamans à grandes robes bariolées ou à foulards noirs; juste un lointain bourdonnement.
Plus j’approche de ma destination, plus le son prend d’air: c’est une chanson…
Et d’un coup, Allah m’accueille aux échos d’un micro.
Face à l’école, sur un petit stade à cinquante mètres du commissariat, tous les vieux du quartier sont là, à genoux dans leurs grandes djellabas blanches, turbans sur les têtes penchées, en prières. Ils psalmodient la chanson du micro, chacun enveloppé de sa propre ferveur, sans un regard à l’autre ou au monde.
Allah continue en longues litanies: il m’accompagne jusqu’au vestiaire, quand je défais ma tenue de ville, quand je revets mon uniforme.
Allah chante encore lorsque j’allume l’ordi (pas l’imprimante: elle est en attente de réparation); quand un commandant m’ordonne de l’accompagner au stand de tir.
Cette absence n’étant pas prévue, agitation pour organiser les auditions des convoqués du matin... je perds la chanson, j’oublie Allah.
Un quart d’heure après l‘ordre, quand je monte dans la voiture police un pistolet mitrailleur en bandoulière sur le gilet pare-balles, il n’y a plus aucun bruit dehors: le soleil s’appuie sur le stade débarassé, sur la rue vide.

Ce matin priait la fin du Ramadan, du long jeûne musulman;
la fête de l’Aïd va débuter…
et le commissariat, délaissé de ses habitués depuis une lune, va redevenir la maison des mauvais destins…

Ut le 01/10/2008

Partager cet article

Repost 0

commentaires

revelise 04/10/2008 00:30

On ne se lasse pas de lire tes beaux textes, il y a beaucoup de respect et de générosité chacun de nous avons notre religion, et la haine peut se trouver partout bisous

Ut 04/10/2008 12:24


J'aimerais que tout le monde l'ai lu à ta façon, ce texte....
.... et j'atrtrape des leçons de pauvres petites femmes grises qui n'ont jamais fréquenté une école ....


Julie 03/10/2008 11:44

tant de douceur et d'écoute de l'autre sans jugement... alors cela fait tout drôle lorsque tu nous rappelle l'arme à la main

Ut 04/10/2008 21:35


Le métier n'empêche pas l'homme ... heureusement, sinon quelle catastrophe!
Dis Julie, c'est normal que ton blog soit toujours "en construction", et que je ne puisse rien lire ou voir????
Je t'embrasse.


colette 03/10/2008 08:52

le jeun s'arrête
les jeunes recommencent à "casser"

contrairement à Véronique je ne trouve pas ton texte dur mais réaliste, il est bon de le rappeler

Ut 04/10/2008 21:32


Malheureusement Colette!
Amitié à toi.


chris spé 03/10/2008 00:10

euh... chouette style... et je n'écris pas ça parce que tu es armée... même pas peur ;-).

Ut 03/10/2008 23:59


Fais gaffe, Chris, je crains dégun, moi, hein,
:)


Véronique Grausseau 02/10/2008 21:12

c'est un peu dur, voir une population, une seule, au commissariat, pourquoi ?

Ut 02/10/2008 22:02


Parce que mon commissariat se trouve dans une cité. Les habitants sont blancs, bruns, noirs... et musulmans :)


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives