Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 21:15

En fait, elle partait mettre son cœur à la poubelle: c’est important de se débarrasser de ce qui est vieux ou cassé, ou qui ne servira plus jamais.

Cela faisait une éternité qu’elle trimballait ce truc à l’intérieur d’elle, et à chaque fois qu’elle s’en servait ça lui était plus de larmes que de rires.
Alors elle avait enfin pris la décision de le jeter.

Quitte à être irrémédiablement seule aux autres.

Seulement voilà, un cœur, même ratatiné, ça ne se jette pas n’importe où n’importe comment. Il fallait trouver l’endroit à rien ni personne; l’endroit à juste ce cœur.

Elle marchait au milieu du monde qui lui faisait du bruit et des odeurs à évacuer très vite; gênantes pour ce qu’elle avait à penser et à faire.

Et puis tous ces sens là s’étaient effondrés sur eux-mêmes…. Elle avait quitté la petite ville.

Devant il y avait de la pierraille et quelques pins nains, comme en construction; à droite il y avait la ville et déjà des artifices de lumières; à gauche c’était l’eau.

Une eau un peu sombre et simple et aphone, à l’orée de la nuit; mais lourde sur la terre, puissante sur l’air, odorante et perpétuelle dans l’ininterrompu du chant; comme un manège anonyme.

La mer marchait toujours, sûre d’elle, avec l’infini dans son ventre.

La fille se dit que l’eau serait le bon tombeau pour son coeur: l’eau de la naissance et de la fin: parfait.

Elle ôta ses chaussures, ses chaussettes, roula soigneusement le jean sur chaque jambe, et se mit à marcher vers la mousse blanche que l‘eau claquait par terre.


J’ai vu une ombre comme un poignard dur

couper la mouvance blanche d’un fil de lune qui traînait sur la mer.


Ut le 31/01/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

callivero 05/02/2009 19:48

oui, c'est dur à jeter, mieux vaut pas...

Moun 05/02/2009 13:31

Ah ces notes mises aux mots manquaient terriblement ! Je viens et que vois-je ? du bonheur même si cette histoire lacère le coeur !
Bon retour alors
En toute amitié

katherine 04/02/2009 22:13

Naître et mourir au sein de l'eau... On dit que l'eau est symbôle de la mère, alors... Tragique histoire.
Bisous ma clé de Ut

loic 04/02/2009 18:24

Bonsoir, Triste de mettre son coeur en panne de vie ! Le voir se balancer sur le fil de l'eau dans une froide lumière lunaire...
Et pourtant ! La vie, même dure, vaut bien la vie !
Merci Ut de tes passages. Tu revis.
Amitiés. Loic

Stellamaris 03/02/2009 22:39

Une nouvelle fantastique qui est un poème en prose, superbe et terrifiant ... Que de douleur ! Magnifique ... Bises.

Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives