Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 08:18

Si dieu existait; tu sais, celui à qui on met une majuscule; celui qui fait courber les têtes sous le poids de nos humaines limites; celui qui nous sauveraient tous de la mort…. parce que la mort serait une rédemption…..

Une rédemption de quoi? Des perversités sans fin de Sa Majesté?


Si nous avions été « créés » à son image …

Alors il serait un monstre d’égoïsme; un poignard infini recouvert de mal; une tempête perpétuelle sur l’univers, un ricanement monstrueux qui s’amuserait à ravager et à détruire.

Parce qu’il nous aurait fait si complexes mais si faibles.

Parce qu’il refuse de nous donner les clés d’amours.

Parce qu’il nous aide à détruire la compassion, l’aspiration au bonheur,

Parce qu’il nous trompe et nous leurre en n’éclairant que les mauvaises réponses, en étouffant la bonté des hommes.

…Parce que la vie n’est qu’un temps à larmes et à ténèbres, aiguisé par la perception infime de ce que l’heureux pourrait-être: une feuille d’or brun d’automne; la chrysalide de neige l‘hiver; le chant sauvage d’un soleil qui saigne au soir sur l’eau en feu; l’abandon bienheureux d’un instant……..

Parce qu’il enfouit toutes les créations humaines sous la bâche trop lourde et inamovible de ses propres horreurs.


Tous les soirs je priais Dieu, et le remerciais de ce jour, et l’implorais d’aider tous les êtres en souffrance; en souffrance par notre faute!

Mais pourquoi l’homme serait-il coupable de ses limites, si celles-ci sont crées par une toute puissance inaccessible et qui nous défend l‘accès à l'infiniment bon?


Trop de souffrance écarquille enfin les yeux et l’âme.

Trop de souffrance appelle enfin le bonheur avec une telle force, une telle volonté, un tel pouvoir…. que celui qu’on prêtait à dieu se gomme enfin! Et nous laisse libres de choisir et de vivre… Enfin!


En toute conscience de nos dualités: la perception exacte de nos pouvoirs et de nos failles; armés, enfin, de notre propre rédemption. Ici et maintenant…pas dans le conte de fées bien trop pratique d’un paradis d‘après mort…. D’après vie!….

Ut le 23/04/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

saadou 26/04/2009 10:42

dieu? tu peux répéter?

Ut 27/04/2009 09:15


Le voile inconstant mais perpétuel des âmes en mal de vie.
C'est mieux comme ça?


tilk 25/04/2009 20:16

je crois que la vrai phrase de woody c'ètait "si dieu existe il a intérêt à avoir un bon avocat"
bel écrit ...
besos
tilk

Ut 26/04/2009 08:41


Dommage d'associer dieu au fric... mais si typiquement américain! :)
Besos idem Tilk /°


Kranzler 24/04/2009 22:07

Une connerie d'adolescent que je me pardonne toujours pas : avoir dit un jour à mon adorable et très pieuse grand-mère que Dieu n'existait pas. Idem pour le paradis, j'ai ajouté d'un ton supérieur et odieux: Ce que j'ai pu etre con....

Ut 25/04/2009 09:32


Un ado a tous les droit, parce qu'il en souffre. Je suis sûre que ta grand mère a compris; ce qui lui a fait mal, ce n'est pas toi, c'est sa peur que tu n'ailles pas au paradis :)
heureuse de te revoir Kranzler: je vais aller me laver la tête dans ta si pure et si belle prose...


sourire 23/04/2009 22:07

Ca me rappelle une phrase de woody allen qui dit : si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse ...

Baisers ma jolie note de musique :)

Ut 24/04/2009 11:03


Hihi! J'adore Woody Allen!
Bonjour petit sourire, heureuse de t'avoir ici :)


colette 23/04/2009 11:32

vivre comme Antigone "tout et tout de suite et que ce soit entier "

Ut 23/04/2009 14:30


Magnifique interprétation, Colette! ... Il est vrai que j'ai toujours eu comme une passion pour Antigone :)


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives