Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 06:51

Même pas de lumière de jour dans l’alcôve du lit de la nuit.

Vite, dégringoler de la mezzanine et ouvrir le volet: plus question de dormir… Arrêter le noir vide du sommeil… Respirer!

Gris sur gris.

Un ciel si plat et si terne qu’il rapetisse les immeubles, les oliviers, la fontaine de la petite place solitaire.

De l’eau pâle et silencieuse dégringole par terre.

Il ne fait même pas d’air à déplier les poumons au-delà de l’absence nocturne.

Et puis il y a ce bruit énorme. Ce bruit d’aspirateur d’eau qui oblige à refermer la fenêtre parce que ça fait mal au réveil.

Faire un café pour oublier ce mauvais rêve et tenter de reprendre le temps; et obliger la mémoire à trouver quel jour il est donc, et quelles en sont ses obligations.

On est Lundi… Plein d’obligations….

Et là dehors le bruit s’insinue et remplit la pièce malgré les petits carreaux à protéger dedans contre dehors.

Un blanc nuage mouvant, à ras de terre, tourne le coin de la ruelle en face, s’avance sur la place; et le bruit est insupportable.

Un homme, tête rasée sous la pluie, ciré jaune fluo, pousse sa force à deux mains sur le manche d’une énorme machine qui gicle vapeur et eau savonneuse. Et une vague écume serpente derrière la machine et l’homme, glisse, puis repose par terre; sans aucune pudeur.

Sous la pluie l’homme se bat avec le monstre à roulettes qui lui échappe à chaque seconde, qui descend la pente naturelle du sol au lieu de longer le mur de la pharmacie pour en purifier les aisances des animaux et des hommes de la basse ville.

Un homme tête nue pousse par terre son travail quotidien, trempé et solitaire.

Ut le 27/04/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Stellamaris 01/05/2009 14:27

Une tranche de vie, très bien écrite ... Bises.

Ut 02/05/2009 10:43


Merci doux poète. Baisers à toi.


colette 27/04/2009 18:38

alors pour chasser un peu ce "gris sur gris" une courte histoire sympa
un nuage dit à sa mère
"j'ai très envie de faire pluie pluie"

mais bon, là ils commencent à être incontinents ma parole !

Ut 28/04/2009 08:00


Ah j'adore!
Tu es une source à bonheurs. Baisers Colette.


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives