Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 05:49

Les gitans squatteurs de nuits descellent le silence, brûlent le soir de leurs yeux noirs, écaillent l’été sourd et lourd de cris d’enfants, de crasses éraillées, de guitares aux plaintes indéfiniment désaccordées.

Les chevelures des femmes font des feux-follets sombres.

Les doigts des hommes grattent et claquent des rythmes stridents et graves comme du cuivre.

Et la couleur de tous ces bruits balance d’un coup de rein des volutes effrontées, des robes sensuelles.

C’est comme si le soir déshabillait ses couches de misères, et mettait des rires saccadés aux galères, des chants sur toutes les faims; rutilait de survivre.

Au bleu de la lune, les gitans squatteurs de nuit ne comptent plus, dans les creux des paumes sales, le tintement des pièces quémandées; dépensées.

Les squatteurs de nuit remplissent l’été rauque et ivre.

Les gitans traversent le temps… 


Ut le 16/08/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Merlin 24/08/2009 11:46

Et pourtant il tourne :

Ici,
http://pedagogie.chez.com/Gitane.html

ou là :

http://chositude.over-blog.com/

Je pense à la redoutable Esméralda qu'HUGO a fait vivre dans "Notre Dame de Paris".

"Chante Gitane
Ton pays de Cocagne
Chante Gitane
Tes châteaux en Espagne"

Ut 24/08/2009 13:06


J'ai adoré votre Gitane, Merlin.
Votre blog est superbe, varié, suave.. un régal!
Merci :)


Merlin 23/08/2009 19:06

La culture des Gitans et des autres peuples du voyage n'a guère changé au fond depuis des décennies. Celle de notre urbanité occidentale a vendu son âme au diable. "La tribu prophétique aux prunelles ardentes" continue son chemin de liberté et sa quête d'infini dans une transmission verticale invariée des patterns culturels qui leurs sont propres.
http://pedagogie.chez.com/Gitane.html
Ce sera ma contribution ... indirecte.

Ut 24/08/2009 09:34


M. Merlin, au secours! Je n'arrive pas à trouver l'article avec ce lien :(


O. 18/08/2009 18:25

J'ai supprimé "ma bulle" je reste sur Over-blog (voir ci-dessus)

Qu'il fait chaud à Lyon
Bises

Ut 18/08/2009 21:48



Juliette = O. = lyon?
Tu exagères, déjà qu'il fait chaud, si en plus je dois penser.... :)

Bisous.



Danièle 17/08/2009 23:37

L'Air, la Terre, le Ciel
Chants, danses, musiques,
Le feu, la Nuit, l'Amour
Les femmes sont belles
La route... La route... La Vie...

Ut 18/08/2009 12:28


J'aime bien comme tu le dis; comme tu le chantes à tue tête, je devrais écrire!

La vie n'est pas sédentaire: elle accouche tout le temps :)


Kranzler 17/08/2009 18:54

Si tu voulais, tu irais faire pour moi un tour à Callelongue ou aux Goudes: Une fois sur place, tu regarderais bien fort la mer pour moi puis, en fermant fort les yeux, tu m'enverrais le tout par la forme de transmission de pensée qui te semble la plus appropriée. Je me sens tout sec aujourd'hui - beurk...

Ut 18/08/2009 09:34


Quelque chose a bougé. J'en ai senti l'humide, comme un roulis en creux.
Ouvre les yeux: la mer fronce un peu, précipite sa musique sur les rochers effrités; effrités au point qu'on ne peut pas marcher dessus: il faut faire comme une danse incongrue pour approcher la
mer, et vite, vite plonger.
On peut plonger: elle est tellement froide qu'elle montre la roche au fond; on peut même voir un oursin accroché.
Tu nages, un peu essoufflé de la transparence glacée...  mais tu nages, tu ne peux pas t'empêcher. Même si la nuque a mal. Même si l'eau pique et remue le sang.
Bien sûr tu es seul. Absolument seul avec elle; alors tu baisses la tête, tu ouvres les bras, et tu vas profond, les yeux grands ouverts sur l'immensité bleue nuit en bas; bleue or au-dessus.....


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives