Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 06:49

 
Femme comme volupté…

    Celle qui bat au profond de l'oeil, comme un sourire en coin.

Celle qui parle, fort et vite et mouillé, sur la pulpe de la lèvre maquillée, entre ouverte.

     Celle qui rit à dents perlées, cou levé, regard clos; respiration.


    Elle
pose; sage, mains croisées sur l’intime, pour écouter, tête penchée;
       crinière indomptée qui refuse l’arithmétique du peigne.


   Elle avance une chaussure si fine, si aérée, que le pied s’y déshabille,
s‘y pose à peine; et glisse quand elle marche, fier de son impudeur.


Elle picote avec les doigts son repas,

     En bavardant; souffle parfumé. Chant.


Elle cliquette à peine ses bijoux, avec tous ses gestes:

      Arrondi du bras, fourreau d’air qui s’interrompt, suit la main, les doigts; qu’elle grignote; doigts nacrés, ronds et pressés.


      Et tous ces petits bruits d’elle, comme le message qui toc le portable, qu’elle porte toujours avec elle.


     Et toutes ses odeurs où on rentre.


Et ne pas être jolie, mais rester belle; même au bord de l’âge.


  Elle,

Volupté innée…. Luxuriance…



...Et je n’en reviens pas qu’elle dise «les gens que j’aime», en parlant de moi,     
brune et sévère; fermée.



        ...Et elle se défait


Sur un coup de fil.


Ut le 25/08/2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Femmes
commenter cet article

commentaires

Fardoise 29/08/2009 08:08

Toutes les femmes ont ainsi un reflet qu'elles offrent en cadeau, mais tu as su capter ces instants fragiles où le masque se craquelle, instants furtifs aussi que la pudeur fait disparaître.

Ut 29/08/2009 10:53


Quel beau commentaire Fardoise!

Tu as ce cadeau, ce regard, cette sensibilité, cette pudeur.... Tu sais les femmes ...

Je t'embrasse tendrement.


Martine 28/08/2009 22:37

Magnifique... Un poème en larges versets, et en même temps un portrait aussi clair qu'un caractère de La Bruyère.

Ut 29/08/2009 10:38


Ni poème, ni versets, ni La Bruyère.
Ut qui regarde, c'est tout.

Courage Martine: ouvre ton regard!


Lmvie 28/08/2009 10:28

Elle se "défait" sur un appel "aux devoirs" ?

Tu m'expliques alors...

Tu veux peut-être dire que dans ce cas, elle "endosse" un autre habit, celui de son métier, celui de mère, celui de...

Nous en portons tant, que cela en devient "hivernal" voire infernal et que sous toutes ses couches, pourtant, la féminité elle blottie, transie parfois, timide souvent, prend tout son temps pour éclore.

Ce que je dis peut paraître un peu "invraisemblable" mais...

Je t'embrasse

Ut 28/08/2009 13:37


Tu dis juste Lmvie! Je n'ai rien à ajouter§ Snifff....
Eclat de rire! Non, je plaisante, hein?

Je t'embrasse.


Lmvie 28/08/2009 10:23

Tu parles de qui là ?


Je t'embrasse

Ut 28/08/2009 13:39


De cette femme, bien sûr :)

Baisers Lmvie.


tilk 27/08/2009 23:43

un superbe portrait
besos
tilk

Ut 28/08/2009 09:51



Ut: "Peins moi cette femme!"
Tilk : ".....................

:) Besos a tu.



Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives