Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 17:20
Photo art-gedda

Ce fut un jour bleu; un jour sans temps d’aiguilles.

Ca vient rare, et toujours à l’improviste.

Quand ça arrive un jour de boulot, eh bien… tu prends ton téléphone. Obligé. Et puis tu inventes; quitte à passer chez doc, pour la vérité.

Ce jour bleu là fut Samedi, il n’y eut donc pas besoin d’excuses à la vérité.


Ca a commencé au lever, quand j’ai ouvert l’ordi.

Juste l’ordi: pas la boîte mails, pas internet.

L’ordi et mon pauvre cahier trop grand.

J’ai recopié des trucs du cahier dans l’ordi, en changeant l’ordre; et puis les mots; et puis les sens….

Et écrire m’a donné envie de lire.

Alors j’ai lu dans l’ordi, parce qu’il était ouvert, à portée des yeux.

J’ai lu jusqu’à ce soir.

J’ai lu pendant la petite pluie fine et légère, couleur d’argent parce que le soleil n’osait pas trop déranger…

J’ai lu sur le vent, après, qui gonflait les feuilles du cahier trop grand, à côté.

J’ai lu en désordre de souris, de blogs, d’images.

J’ai bu mot à mot.

J’ai bu l’écriture, les pensées; des vécus, des passés présents; des douleurs et des rires; des amours; des comptines.


Je n'ai pas mangé: boire l’encre suffisait à nourrir.


Maintenant il est soir, et il va me falloir allumer l’ampoule jaune par terre.

J’ouvre enfin la boîte mail, et je lis encore. Et puis je réponds; avec les mots bus; mais redéposés autrement, à ma mode; à mon âme.


Ce fut un jour bleu d’encre à boire et à dire…

Et j’ai encore si faim, malgré le trouble aux yeux maintenant... parce que les yeux à l’ordi, c’est pas le meilleur, pour lire. Pour écrire non plus; sauf qu’on peut rayer en effaçant d’un coup: ça va plus vite et c’est plus propre… mais il n’y a plus de traces… plus d’hésitations… plus de bleus.


Le jour bleu pose sa nuit à la fenêtre; la nuit bleue du Sud, même par temps d’argent.

Il me reste cette nuit pour finir l'orgie...

Demain sera jour de temps….


Ut le 12/09/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bifane 19/09/2009 17:25

Je les connais ces jours bleus, mais je n'avais jamais pensé à les appeler comme ça. Surtout quand ils m'arrivent au boulot ! Alors, je les appelle les jours triche, où je fais semblant de travailler pour les ombres qui passent dans le couloir, où je donne le change pour que ça se remarque pas, à sortir toutes les trois ou quatre lectures, faire une photocopie. C'est bien la photocopie : ça fait son petit effet...
Et le reste du temps, comme toi : boire des mots, des émotions, de la vie en lignes chantantes, du sourire et des larmes... Je laisse souvent quelques mots aussi, ici ou là, pour dire comme j'ai aimé ce que j'ai lu... Et le jour se termine, étrange et irréel. J'ai toujours cette impression d'avoir triché. Je me dis que, normalement, je devrais avoir un peu honte, mais non, même pas.
Un jour bleu alors... C'est comme ça que tu les appelles... C'est un nom qui leur va bien, comme la couleur : horizon, évasion...

Ut 19/09/2009 18:00


C'est pas tricher. Tout le monde devrait avoir droit à un jour bleu par semaine.
C'est le boulot et la vie qui trichent, qui mettent un bandeau noir sur les bleus.
J'aime quand tu me parles comme ça; qu'on échange nos jours bleus.
J'aime quand tu parles avec l'encre.
Bleu c'est aussi pour les coups à l'âme; parce qu'au boulot, moi je ne pouvais pas faire semblant; alors je buvais les âmes; toutes les âmes qui entraient dans ma vie de bleue;
mon ancienne vie de flic à rien comprendre à ce job. En flic t'es bleu aussi; mais souvent tu mets des gants noirs pour pas toucher de trop près aux bleus des autres.. tu comprends comme c'est
compliqué, fragile, le bleu?
Bleu c'est pour l'encre aussi: quand j'étais petite je n'avais le droit d'écrire qu'en bleu... et je faisais des taches, et elles me racontaient bien mieux que la classe et les ardoises.
Et puis bleu pour la Provence; comme tu dis, horizon, évasion.. lavande aussi; et puis mer.. ah mer...
Je t'embrasse Bifane, au plus bleu de tes mots.


kalei 18/09/2009 14:35

hi hi... Il faut lire "ecrits" t non "ecrots" :-)

Ut 18/09/2009 15:37


J'avais bien lu, ma belle :)


kalei 18/09/2009 14:27

Alors de ces jours bleus... On hérite sur nos ecrots des commentaires authentiques... Merci UT...

Ut 18/09/2009 15:02


Mam'Zic, j'ai pas compris comment on met l'image! Tu vois, je suis une fille des mots, y a rien à faire...
J'ai b'soin d'une Mam'Zic pour comprendre tout le reste :)
... et pis pour me rappeler ce que je dis, aussi... parce que j'oublie: l'encre me meurt une fois écrite; elle part vivre sa vie.. chez m'am Zic, des fois :)
Je t'embrasse Kalei.


juliette 15/09/2009 18:10

Avec des bleus à l'âme, seuls les mots légers consoilent les mots amis

Ut 15/09/2009 21:07


Trop beau Juliette!


Fardoise 15/09/2009 16:30

J'aime beaucoup la manière dont tu décris cette journée, dont tu te nourris de la lecture. J'aime aussi ta manière de voir les choses, d'un angle que je n'ai pas toujours, avec une grande lucidité mêlée à la douceur (je ne trouve pas de bon qualificatif). La violence a l'air d'être sortie de ta vie ?

Ut 15/09/2009 18:07


Tu es attentive, Fardoise!
La violence est en train de crever toute seule, de lâcher prise... je ne bosse plus depuis 7 mois!... ceci explique cela.
Je te remercie beaucop pour ce com': j'ai l'impression d'exister ailleurs que dans le virtuel...


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives