Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 21:50


Le rire aigrelet d’une cloche tout près l’avait réveillée. Ses cheveux bruns et courts semblaient bien rangés sur l’oreiller à rayures oranges et bleues. Son petit visage maigre et pâle, sa bouche fine, son regard violent de tout son passé, faisaient comme une tache dans la pénombre de la mezzanine qui lui servait de chambre sous le toit; et même la lumière de la lucarne qui donnait sur la cage d’escalier de l’immeuble n’arrivait pas à éclairer la pièce.

Marie ouvrit les yeux et se mit à penser.

Quand une femme pense, c’est d’abord à ses amours; et les amours de Marie étaient ses deux enfants.
Au silence inodore et froid qui grimpait des trois pièces jusqu’à sa sous-pente, elle devina qu’ils étaient dehors.
Ses enfants avaient vécu du dur; du qu’on prend avec toute sa force pour passer par-dessus; et à cause de çela la mère savait qu’ils n’attendaient pas la vie: ils la bâtissaient.

Marie était rarement malade. La maladie lui était comme une honte. Elle n’y comprenait plus le temps et plus l’heure.

Marie attendait ses enfants et la guérison.

Pour se reposer sans fermer les yeux, Marie regardait chaque objet de la chambre: toutes ces petites choses qu’elle avait posées là, exactement à leur place. Personne ne pénétrait jamais dans ce lieu. Même les enfants; c’était une sorte d’accord non dit et toujours présent: la chambre de maman était comme maman: on n’avait pas le droit d’entrer.
Elle retourna ses courbatures de fièvre dans le lit; soupira; poussa la couette orange et bleue comme l’oreiller, puis s’en recouvrit bien vite: il faisait frais dans l’appartement vide; frais dans la vraie vie d’en bas.

Demain il faudrait vraiment qu’elle sorte son petit corps du douillet cotonneux qui lui faisait une tente contre le reste du monde depuis six jours. Demain, quoi qu’il arrive, elle serait guérie.
Et elle demanderait à Eric de prendre un vrai bain; et elle rangerait un peu la chambre des petits, l’envahissement désordonné et doux de Katy.

Marie se disait qu’il leur aurait fallu un chien. C’est bien un chien pour des enfants; surtout quand la maman est si longtemps au
travail.
Ca aide à ouvrir un jeu sur l‘ennui; à rire; à se promener sous la pluie; à apprendre à prendre soin.

C’est important pour un enfant, de savoir prendre soin.

Ut le 29/10/2009


Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Nine
commenter cet article

commentaires

Daniel 05/11/2009 14:29


Belle sensibilité. J'aime ce portrait. et belle sculpture...


Ut 05/11/2009 18:35


Merci Daniel, pour le trajet et le gentil commentaire!


Semeuse 01/11/2009 16:58


Je me souviens d'une grippe à quatre sous la couette pendant trois jours. C'était la plus belle grippe du monde.

Biz à toi Ut qui veille sur les mondes imaginaires.


Ut 01/11/2009 19:23


Oh oui que j'aime la fièvre et la couette partagées....

Baisers ma Semeuse.


Renard 01/11/2009 01:20


je lis, et je fais le lien avec un autre article sur le chien et l'enfant, je t'y avais même demandé si c'était Chien de l'Anonyme.... mais je crois que je lis dans le désordre, au hasard des
caprices de mon ordinateur...
Je file plus loin... à de suite...


Ut 01/11/2009 15:31


Ouiiiiiii! Mon renard, et je t'avais répondu que tu étais en plein dans l'Anonyme... que tu étais la seule à le dire....
Et non, tu ne lis pas dans le désordre... en plus, si tu savais, l'ordre, dans la tête de l'anonyme...!
Baisers, Toi!


Loic 31/10/2009 19:20


Marie est un joli nom pour une mère et une mère aime ses enfants. Alors, Marie est un joli nom pour les enfants. Même si on surnomme Marie, l’Anonyme. Car personne n’est anonyme pour tout le monde.
Il y a toujours un cœur qui bat pour chacun.
J’ai envoyé un texte par mail à conivences@free.fr, pour publication, si cela te va, bien sûr. Dis-moi si la procédure est bonne. Avec amitié. Loic


Ut 31/10/2009 22:29


Pour Marie l'Anonyme, je crois que tu as raison, parce que même vieille elle aura Chien pour prendre soi.

Pour Connivences, j'ai bien reçu ton joli texte, accompagné de la photo.... le luxe!
Tu vois, le but du blog en fait, est que chacun se trouve des partenaires sur n'importe quel thème (ou même Sylve), mais qu'ils aient échangé entre eux avant pour écrire un truc-machin-joli à
plusieurs mains; comme Juliette et moi, tu vois?
C'est la connivence de l'écriture qui est en jeu.... :)

Merci pour tout en tout cas Loïc; je constate que les hommes sont bien plus témèraires que les nanas.... ;)
Toute mon amitié.


claire 31/10/2009 18:11


bonjour Ut, à chaque fois que je veux ecrire un commentaire sur ton blog je manque de mots, envie de laisser du silence aux tiens ...


Ut 31/10/2009 22:18


Bonjour Claire,
Ca m'arrive souvent de ne pas savoir écrire derrière les autres; on a peur d'abîmer un peu.
Et toi tu m'écris le plus joli com' qui soit: "laisser du silence" à mes mots.....
Je t'embrasse.


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives