Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 16:05

A Elgas


Etant mamelles et sexe ouvert, j'ai peine à vous répondre jeune-homme : nous ne sommes ni de mêmes origines ni de même sexe ni de même génération.... !

 

Mais tentons.

 

D'abord :

Je crois bien, d'après ce que j'en ai vu, vécu, entendu, que les hommes sont bien souvent plus sentimentaux que nous les dames..... Ne sont-ce pas les hommes qui nous arrosent de tous les « isses » possibles, et qui les espèrent tant? Ne sont ce pas trop souvent les hommes qui cherchent le compromis?

Les femmes font la guerre, font la politique, mentent et trichent.

Tout ceci n'est que nature humaine, sans distinction de sexe.

Les femmes disent moins fort et plus fourbe que les hommes... elles sont plus habiles (habitude des anciennes gouvernances par l'oreiller, oblige).

 

Quand à l'univers de la blogosphère... il ne se limite pas, pour moi, à quelques commentaires plus ou moins tartinés : j'ai des amis, des amants ici... le virtuel fait partie intégrante, rejoint, la vraie vie... Il va falloir tenir compte de ce paramètre....

 

Quand je vous suggérai d'utiliser votre plume au service du meilleur en place et lieu du pire, loin de moi l'idée de changer vos sentiments et la façon dont vous les vivez, mais les mots pour les dire.

 

Vous avez tué avec vos mots, et l'expiez à présent.

N'eût-il pas été tout simplement plus humain (pour vous comme pour votre famille) d'écrire la même chose en utilisant le non-blessant?

 

Qui que quoi vous poussent-ils toujours au pire?

 

Ah... changer ; évoluer... voilà bien toute l'affaire!

 

Je ne suis pas outrée : je suis souvent déçue. Votre plume est habile et fluide, et vous la ravagez de vilains mots (je ne parle pas de vilaines pensées.... je me fous de vos pensées qui ne sont que les vôtres, et que je lis si je le veux bien et sans juger autrement qu'esthétiquement.)

L'ironie ne doit pas dans tous les cas être laide ou blessante... justement non! Le propre de l'ironie est de dire sans en avoir l'air....

Votre esprit caustique m'amuse ; votre plume me séduit souvent... je ne viens vous lire que par plaisir et déteste le déplaisir... alors.... pourquoi ne pas utiliser votre talent pour le meilleur de vous? (C'est le « de vous » qui relativise « le meilleur ») ; car le meilleur existe, tant est qu'existe le pire... n'avez vous point dit que vous aviez osé le pire?

 

Mais il n'existe pas de Ut contre Elgas : Ut n'est ni meilleure ni pire que Elgas : elle aussi écrit avec son ventre et sa liberté.... mais choisit ses mots, juste pour faire joli à l'oreille. Ut, ne pas oublier …. autant faire beau au plus profond du cynisme ou de la colère. Nous parlons bien ici de textes, et pas d'autre chose.

Et c'est ce « meilleur » que je prône!

 

Pour le reste, incompris ou non, je ne disserterai pas : je suis votre aînée; j'ai vécu (plutôt sans, qu'avec l'humanité) ce que vous ne devinez qu'à peine... je vous laisse découvrir et affûter vos affirmations ; votre être.

 

. Et tant pis, mais je ne serai jamais Jean Vautrin (que je ne connais pas – je suis une grande inculte – et que je vais m'empresser de lire!)

 

Tous mes voeux pour le grandir auquel vous vous acharnez, très cher ami.

 

Ut le 24/01/2010.

Nouvelle-image2.gif

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Réponses
commenter cet article

commentaires

françoise 08/02/2010 18:34


Belle réponse à un jeune homme- que je suis allée lire- qui aime les mots pour les mots, et surtout veut "faire de la littérature", le meilleur moyen pour ne pas en faire, ce volontarisme à "bien
écrire et faire du style" qui alourdit l'expression. Bravo pour votre réponse, et merci de votre visite sur mon blog. Je ne commente pas souvent non plus, mais j'ai jubilé à votre façon de rappeler
à Elgas que vous avez eu son âge et qu'il n'est pas sûr d'avoir le vôtre (je veux dire par là qu'il lui manque un peu de vécu pour pouvoir se permettre d'asséner des jugements comme il le fait à
propos de vous et de bien d'autres sujets)


Jackie 04/02/2010 23:28


Bel échange Ut. J'ai apprécié ce "duel" de mots, de part et d'autres des vérités ? des réflexions... ne sommes nous pas tous en quète d'équilibre ? tout simplement...
Bisous.


Ut 09/02/2010 12:07


Ah, l'équilibre.... un truc inaccesible, pour moi!
Bisous Jackie.


marlou 02/02/2010 21:59


J'ai rate beaucoup de choses sur ton blog on dirait...Je vais m'y mettre petit a petit...


Ut 09/02/2010 11:48


Heureuse de te revoir ma belle!
Oh, tu sais, je n'écris pas beaucoup en ce moment.... rien de bien terrible :)
Tous mes voeux...... Bisous Marlou.


Philomène 29/01/2010 13:45


Je ne connais pas non plus le destinataire de ta diatribe. Je relève juste que quelqu'un s'est servi de sa plume méchamment. Ce n'est pas nouveau. Enfin, c'est toujours plus facile de faire du
mal que du bien...
Bisous


Ut 29/01/2010 21:44


Oh il n'a pas fait tant de mal que ça dans cet écrit : il défend son beefsteak!
Mais c'est vrai qu'il est très facile de faire mal!
Bisous Philomène :)


claire 29/01/2010 08:58


je me fiche pas mal du destinataire de ton texte, ce qui me touche c'est toi! bon sang que ce positionnement et son élégance dans la fermeté me plait!
restons incultes Ut, j'aime ce que tu appelles ton inculture... tu es de celles et ceux qui savent faire fructifier ce qu'ils savent au lieu d'empiler dans un esprit borné et clos...
je ne lirai pas quelqu'un qui a la vulgarité d'ecrire ( et surtout à une femme ) ".... je vous l'ordonne!" je lui souhaite des pluies bienfaisantes pour arroser ses cultures. 
vautrin suivra le sort de ce monsieur tant pis pour lui... je resterai inculte j'ai d'autres jardins au coeur et tu en montres le chemin. 
merci 


Ut 29/01/2010 21:42


Chacun lit comme il a le coeur fait, Claire... tu as le coeur des fées.
Baisers.


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives