Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 05:22

 

DSCN0769.JPG

 

 

La bergère, blonde dans une robe à fleurs bleues et baskets dorées, aux premières gouttes goulues du ciel sur la terre, prit son plus gros mouton, et l'étendit par-dessus sa tête.

Très vite, entre le ciel et la bergère, la laine bouclée du mouton lamentablement pendit ; trempée ; tout comme sa bête tête brune et pointue.

A l'abri du mouton, la bergère enfouit sa blondeur sous une perruque marron imperméable ; claqua sa robe à fleurs bleues sous une toile cirée noire ; lança ses baskets dorées loin dans l'herbe dont chaque brin s'entassait mollement sur le précédent pour dévaler la petite pente vert pomme de l'alpage comme une piste de luge, et chaussa de grandes bottes de plastique vert kaki.

La bergère parée n'avait plus qu'à attendre que son amoureux vienne la prendre en amazone sous l'abri du vieil auvent rouillé du tracteur de grand papa.

Elle posa vaillamment son cul enciré sur une pierre plate et vitrifiée d'eau.

Alors, le vent planqué derrière la montagne d'ardoises bleues-nuit siffla, de la pointe du sommet jusqu'au fin fond de la vallée cachée sous le linge gris de pluie. Il hurla en couchant la bergère à son passage ; happa le gros mouton dégoulinant qui débaroula vers le bas au rythme tournoyant d'un long bêlement horrible puis tu.

De l'instinct le plus primaire de survie, la bergère – ou plutôt l'informe luisante - s'agrippa des deux mains au buisson de genêts griffus planté à ses côtés comme un gardien sempiternellement ronchon... et des perles rubis éclatèrent sur ses délicats doigts roses et vernis rouge au bout, de bergère et femme avant tout. Heureusement la pluie aimait le sang, et le liquéfiait avant que l'ex-belle eut conscience de cette irréparable perte de substance.

Le souvenir de ses beaux yeux verts déteints en grisâtre peureux, aperçut enfin le panache blanc du vieux tracteur de grand papa ahaner sur la pente herbeuse recouverte d'humide bruyant et rigolard dans sa dégringolade .

 

La suite dès le retour de Maître Soleil, parce qu'avec toute cette eau, ce peu de ciel, et ce grand vent, j'ai peur que l'histoire finisse très mal.......

 

Ut le 04/05/2010.

Nouvelle-image2.gif

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Abstraits
commenter cet article

commentaires

LANGLAIS 11/05/2010 10:19



qu'elle imagination agricole que voilà ou des réminescences de vacances à la ferme peut être!!  en tout cas bravo pour ce texte original et bien enlevé


bien amicalement



fanfan 07/05/2010 18:41



Avec un temps pareil ce ne peut qu'être une histoire  triste!!


Pauvre bergère ... le grand-papa est-il arrivé trop tard? 


Assez de pluie et de froid;il ne faut pas batifoler dans les champs!! Bisous



india 06/05/2010 15:36



Quelle histoire à sourires parsemés par-ci par-là à la mésaventure de cette ex belle bergère blonde un poil extrentique avec ses baskets dorées qui manque rouler en bas du talus mais qui
s'agrippe tant bien que mal. Vivement le soleil...



Arthémisia 06/05/2010 12:43



tu n'en es pas si loin....



Arthémisia 05/05/2010 21:37



oups ! emplit....



Ut 06/05/2010 07:57



Incroyable!...



Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives