Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 06:13

Le ciel dégringolait l'une de ses rares et violentes pluies d'été : une forêt mouvante et dure d'eau presque tiède.

Des rigoles de boue creusaient le pourtour de la petite tente de toile brune, pointue, ruisselante, presque adossée à la barrière métallique qui délimitait le camping.


Une gamine, à peine trois ans, cheveux raides et très noirs, mi-longs ; peau blanche... si blanche... yeux verts, était assise, immobile, dans le triangle ouvert de la tente. Jambes repliées et croisées dedans, mains en coque sur ses pieds, elle regardait l'eau tomber... et tout ce bruit qu'elle faisait!

Elle grelottait : tous les pulls, tous les habits de la famille étaient dans le coffre du vieux break marron ; celui dans lequel étaient partis maman et Marc.

Derrière elle, à l'abri de la tente, il y avait un chant ; un quotidien : deux enfants se disputaient un peu en jouant. Mais Marie ne se retournait même pas quand la voix aînée et presque grave du garçon couvrait le pointu de la fille :

Marie attendait maman.

Et rien n'aurait pu briser ce fil tendu de concentration... parce que Marie ne savait plus où était passée sa vie d'enfant ; pourquoi on avait tous quitté la grande maison jaune de la vallée de Chamonix pour venir dormir ici, sous une tente de pluie ; avec toutes les affaires dans la voiture....

Marc et maman avaient dit qu'on allait vers le soleil et la mer. Il n'y avait ni l'un ni l'autre. Juste cette solitude humide et bruyante ; inconnue, effrayante.

Marie assise croisée dans le triangle humide de la petite tente brune, attendait maman ; maman et son regard si noir qu'il en noyait toutes les misères d'un coup ; d'un coup de sourire aux yeux.


Ut le 20/12/2009.

Nouvelle-image2.gif

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Mes gosses
commenter cet article

commentaires

saadou 21/12/2009 18:58


je ne te laisserai pas sous la pluie...d'ailleurs, il ne pleut jamais ici, c'est juste quand les yeux pleurent qu'on croit qu'il y a la pluie.
je t'embrasse fort ma jolie note


Ut 22/12/2009 18:42


Et des fois les yeux pleurent de bonheur... aussi... chez toi!

Baisers Saadou.


Juliette 21/12/2009 18:13


L'AMOUR, LA CONFIANCE DE L'ENFANT PÂLE, inconditionnelle d'amour

Bisous


(ce n'est pas peu mais peau.... au début)


Ut 22/12/2009 18:36


Merci Juliette!!! c'est corrigé :)

Bisdoux à toi, ma chère chérie.


esprit de fée 21/12/2009 10:12


Merci pour ton commentaire , le roi Napoléon est bien installé sur son trône d'or , , alors qu'aucune promesse n'est tenue, on s'attendait à quoi ? Triste réalité pour celles et ceux qui n'ont plus rien , que la
pluie, le neige et le froid en ces temps si difficiles , une pensée s'envole vers eux , construisons un cerf-volant de l'amitié qui parviendra jusqu'à eux pour leur dire qu'il reste des gentils ,
Esprit de fée.


Ut 21/12/2009 18:05


Et que les gentils agissent, surtout...!
Bisous Esprit de Fée.


fanfan 20/12/2009 18:49


tant de vies heureuses qui finissent ainsi , tant de gens qui perdent le travail , la maison , parfois les couples se défont .. et les enfants qui ne comprennent pas .; pauvre petite Marie .. rès
beau ton texte ,il donne des frissons !
bises


Ut 20/12/2009 22:17


Elles sont des millions les Maries et les mères solitaires qui ne peuvent plus ; qui restent sous la pluie....
Nous avons eu de la chance, c'est tout!
Baisers Fanfan... à bientôt!!!!


Loic 20/12/2009 18:25



Solitude de l’enfant qui tourne à la colère, parfois, quand on a l’impression que le ciel est tombé… sur la tête ! Non pas celle de
l’humanité mais celle de l’enfant.


Il est seul, seul dans ce cas, seul sans aide, sans amour, sans regard… Jusqu’à ce que… les yeux de maman reviennent, les seuls qui peuvent
ramener la paix !


Alors, on pense, « maman je t’aime » et on lui pardonne la peur que l’on a eue, la malédiction qu’on lui a vouée par une pensée
passée !


Avec amitié. loic



Ut 20/12/2009 22:16


Comme tu as raison avec la haine et la malédiction dans la peur!!!!
C'est pareil pour les papas, aussi ; mais là, la petite fille n'avait pas de papa....

Avec mon amitié :)


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives