Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 07:51

Eux-1.jpg

Bonjour,

Toi,

 

Il y a plein de cages à enfermements.

 

L'écriture en est une.

La peinture en est une autre.

 

Qui sont des accouchements solitaires, hermétiques, tant que la phrase n'est pas écrite ; tant que la toile n'est pas aboutie. Car personne, pas même l'auteur qui chercher, cherche, ne peut en pressentir le sens.

 

Une petite pensée vers Dieu - ou chaque Dieu – ainsi si seul.

 

L'aveu de la création ne se choisit pas ; n'a aucune rationalité : c'est un impératif enfermé dans une prison à multiples fenêtres vers toi qui liras, qui ressentiras... si d'aventure l'oeuvre est réussie - ce balbutiement de communication silencieux.

Solitaire.

 

Et ces temps-ci je suis coincée sous des éclats d'orangers et de bleus.

 

Voilà pourquoi tu ne m'as pas vue, je ne t'ai pas lu(e), répondu : l'ordi' ouvert ne signifiait rien ; les mots les uns les autres bien rangés ne m'étaient qu'un regard muet sur l'écran.

 

Mais la fièvre du corps malade est venue ; et voilà qu'il m'est impossible d'être debout au chevalet ; la main ferme.

 

La fièvre a coulé, et j'ai rêvé d'un long ; très long poème qui tenait à angle droit l'immense page du cahier.

Et au réveil trempé au milieu de la nuit, du meilleur d'un Doliprane, j'ai jeté la veste et le pantalon qui protégeaient mes tremblements glacés. ..Et il a fallu que je te parle, Cali la blanche allongée sur la feuille que je t'écris.

Parce que toi tu es dans l'ordi' ; toi les lèvres qui ne bougent pas ; et ta lecture de moi, tes commentaires à toi posés uniquement pour moi... auxquels je ne réponds pas...

 

Alors te dire que je ne t'oublie jamais ; que je suis uniquement occupée à une autre ouverture vers Toi, amour virtuel : la fenêtre de la peinture... solitaire souffrance et jouissance tout à la fois....

 

C'est bien maladroit tout ce que je te dis là... les mots sont si loin...

Alors je me recouche.

 

Je t'embrasse.

 

Ut le 16/01/2010.

Nouvelle-image2.gif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ederza-Naturaimer. 28/03/2010 09:14


Coquelicot éphémère ...
Pétales rouges offerts
Froissés à peine ouverts
Sang de la plaine à la mer


Bon dimanche, amitiés


Ederza-Naturaimer. 20/03/2010 13:09


http://naturaimer.over-blog.net/article-23994580.html


Seule devant l'écran mots alignés en filaments
Amitiés


Ut 27/03/2010 11:13


Coquelicot de sang et d'éphémère.....
Amitié en partage.


Viviane 24/01/2010 21:56


Et je me laisse prendre à l'angle dur des mots
et la rondeur des nuances
je me suis promenée dans les toiles plus haut
chaque fois dans l'eau trouble ou flamme des couleurs une béance
femme


Ut 24/01/2010 22:29


Et toi Femme, tu es tellement belle!
C'est un honneur que d'avoir tes mots ici.


elocus 20/01/2010 20:22


ut ...


Ut 24/01/2010 18:02


Je suis là :)


fransua 20/01/2010 19:26


un texte beau et émouvant qui retrace bien ce qu'est la création
l'écriture et la peinture se rejoignent souvent mais l'inspiration est une muse fragile qui comme la mer a sus flux et ses grandes marées qui nous laissent au bord d'une feuille ou toile vierge
Elle peut être épisodique mais ell finit toujours par revenir !
http://www.latelierdefransua.com/#


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives