Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 07:15

Photo 01-psy de couples


Dis moi, toi!
T’aurais pas besoin, un petit peu besoin?
Qu’on t’aime?

Et puis toi?
Et toi les mots, et toi les couleurs, du blanc au noir
Trottoirs des pas.
Vers quoi?

Et moi?

Et puis le fils, la fille, enfin celui qui va pas?
Et puis le petit là avec ce sourire blanc?

Dis moi le monde, crever, de tout ce gris blanc cassé?

Hostaux’ blancs de la naissance
Rues vides et grises des villes poussives, bruyantes, horribles!
Blanc l’infâme des soins au corps
Blanc le bassin, le chiotte.

A p’têt’e y regarder bien, je préfèrerais le noir.

Noir comme la mort
Mais noir comme le regard, planté, qui cherche, cherche et donne
L’amour.

Noires les cornes du diable
Mais bon sang, claqué
Quand la nuit noire protège, ronronne au milieu du blanc des rêves!

L’Amour en couleurs
A hurler leur manque!

Avec le jaune qui danse et chante, bruisse et éclate en cuivres.
Avec le rouge qui chauffe qui ronfle, qui masque les suraigus
les violets d’insomnies.

Ou le vert des peurs qui crie qui claque. Pour toi. Pour moi.
Pour Elle.
Et l’oranger.. ah l’oranger! Qui pianote transparent, futile
Avec le bleu, long, profond; langoureux même.
Désirs.

Dis toi? Et moi? Et lui?
On les a planquées où nos couleurs de cœur?

Grandit, grandit l’enfant blanc.

Pourrit, pourrit l’Anonyme grise.


Donne lui, donne lui tout ce qu’on n’a pas dit.
Brûler avec tes larmes ses soucis
Hurler avec moi les pleurs
Noyer.

Craquer le mur gris  entre lui
Toi
Moi
L’ennui.

Ne pas dire, pas dire
Les mots doux pour faire joli!

Claquer dans le dur!


Toi. Oui toi là, qui dit je j’aime!

L’oubli, c’est froid.

Ut le 05/11/2009


Partager cet article

Repost 0

commentaires

katherine 09/11/2009 02:12


Si seulement nous savions dire "je t'aime " pour de vrai, pour de bon...
J'ai mal là à te lire soudain!
Baisers ma clé


Ut 09/11/2009 19:26


Ma belle...
Personne ne sait; je crois... et surtout pas moi!
Baisers doux à toi.


Jean-Claude 07/11/2009 11:26


C'est chez Renard que la gamelle brûle...
A+ JCP


Ut 07/11/2009 19:38


Ah bon, mais j'ai pas vu..; elle me cache des trucs Renard??
J'y vais!
Bisous vite fait :)


fanfan 06/11/2009 16:25


ça secoue vers la fin!!
oui des couleurs pour noyer le blanc maladeet le gris triste ; j'aime tes couleurs qui balaient tout cela !


Ut 07/11/2009 18:31


Je crois que ça vient, les couleurs... vais être plus gentille :)
Je t'embrasse douce  Fanfan.


Detroitsud 06/11/2009 13:33


Je lui donne mes couleurs, il va peut-être s'y noyer mais au moins il essaiera de surnager, de pas s'asphyxier, même s'il prend la tasse. On la prend tous non ? J'aime ton texte, l'absence de
couleur, le cri vers la (les) couleurs.


Ut 06/11/2009 21:13


Oh moi je sais qu'il va adorer prendre une grosse tasse d'or et de mots chez toi!


Jean-Claude 06/11/2009 11:14


Profondément superbe !
Je viens de chez R..... où c'était chaud au contraire...
A+ JCP


Ut 06/11/2009 21:00


Merci toi: le profondément me touche!

R......? Tu me donnes le chemin, l'adresse, le lien, le chaud?


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives