Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 13:07

 

Jean-Baptiste Siméon Chardin 001

 Toile de Jean Siméon CHARDIN

 


Les femmes sont des patiences : le petit tas est là, à portée de corps et de coeur.

On le coupe d'une main, on le bat des deux, ou l'ouvre et le découvre, carte à carte.

Coeur, pique, trèfle, carreau... tout est là : amante, mère et valet.

Ceux qui n'y trouvent pas leur avenir ont oublié que la patience est le sort dans lequel il faut plonger sans réfléchir : la Chance n'est pas un prix ou une bataille, mais un don... celui d'accepter la profusion, de partager les petits bouts d'ensemble, de ne pas détruire les barreaux invisibles de la règle du Je.

 

Messieurs, à vous de couper....

 

Ut le 29/05/2010

Nouvelle-image2.gif

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Femmes
commenter cet article

commentaires

Elgas 07/07/2010 00:45



Mon préféré.


La dernière phrase est d'une très belle inspiration.



Philomène 06/07/2010 22:13



Mais qu'apprendre la patience est difficile... Et puis après, pire, il s'agirait de passer à la patience infinie comme disait un sage indien.



ag86Un grand monsieur qui se voit de loin ! Très belles images.Amitiés et à bientôt. Alain 08/06/2010 08:35



J'aime la métaphore, je la trouve belle et subtile. Des règles du Je et du Tu à inventer à deux ...


Bisous et à bientôt. Alain



EDENSLAND 03/06/2010 22:28



J'attends ta participation avec impatience!



EDENSLAND 03/06/2010 10:28



Belle métaphore...j'aime beaucoup. Bonne journée!



Ut 03/06/2010 14:10



Merci :)


Je crois bien que je vais écrite sur ton thème de la trahison ;)


Belle journée à toi.



Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives