Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 09:36

 

SP_A0567.jpg

 

 

Ce sont les clics-clacs du briquet qui m'ont fait tourner la tête :

Il avait sorti un morceau de résine marron foncé et l'émiettait à la flamme "clic-clac" dans le creux de sa main dodue de gosse.

Il a senti mon regard et nous nous sommes fixés jusqu'à ce qu'il ferme sa main et range le petit bout brunâtre dans sa poche ; un bout qui ne reniflait même pas l'odeur de la défonce.

 

Dans le wagon il n'y avait plus que les deux jeunes dans la rangée à côté de la mienne, et un mec au fond derrière moi, côté fenêtre.

C'est comme ça le TER du Vendredi soir quand on a passé toutes les gares jusqu'à Bandol.

 

J'ai remis mon regard dans mon bouquin.

Mais j'ai vu le gamin sortir une feuille à rouler et se faire le joint.

 

Il était presque obèse, les fesses serrées à mi-hauteur dans un jean de large trop étroit.

Il parlait avec un mec tout maigre et tout avachi dans le siège juste à ma gauche de l'autre côté du couloir, comme seules les jeunes savent ne rien dire dans cette nouvelle langue des quartiers qui répète toujours les mêmes mots ; à croire que la langue française elle n'a plus vraiment de vocabulaire et que tout le monde s'appele Yo ou Man.

 

Le train sentait la sueur vieille, la clope rance, les haleines perdues de vieux mots fantômes, et il y traînait un sale froid de fin de semaine qu'on aurait dit du shit à boulot.

 

 

Ut le 11/03/2012.

Nouvelle-image2.gif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

la vieille dame indigne 17/03/2012 19:12


Vieille instit je dirais "seuls les jeunes" ... hum ...


Chaque soir une variante ...tu as sûrement de quoi en écrire des tartines de ces retours en transports en commun... drôles de transports en l'occurence ...en tout cas, ça ne transpire pas la
joie, hein. 


smacks

Ut 19/03/2012 13:48



Eh bé, j'va t'dire : j'en ai un peu marre de mes deux heures de Ter par jour... Sniff..


Et bisous :)



stellamaris 11/03/2012 19:11


Toujours aussi merveilleusement écrit ... Cette phrase :


Il parlait avec un mec tout maigre et tout avachi dans le siège juste à ma gauche de l'autre côté du couloir, comme seules
les jeunes savent ne rien dire dans cette nouvelle langue des quartiers qui répète toujours les mêmes mots


Est saisissante ... Bises, Ut !

Ut 11/03/2012 19:58



Et toi tu es mon meilleur lecteur Michel!


Merci d'avoir tout regardé, goûté...


Je t'embrasse.



Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives