Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 14:03

 

DSCN0997

Jean-Claude MEYNARD exposition Villa Tamaris Pacha  la Seyne/mer le 24/09/2010.

 

Et l'homme pousse l'homme

Le déplie

L'effile.

 

Et l'homme ne grandit pas :

il tire toute l'humanité...

derrière.......

 

Ut le 25/09/2010.

Repost 0
Published by Ut - dans Duos
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 19:47


Poser une main qui caresse lentement,
Trouver le rythme de la danse du désir,
Fermer les yeux sur tout ce qui n'est pas l'instant,
Eclore la chanson d'amour crescendo, doucement,
Pour ne rien perdre de chaque frisson à venir
De chaque perle que goûte ton corps au plaisir.
Quand le cri devient râle, que l'orgasme a saisi tout ce qui t'a construite, ta pudeur, ton infinie virginité,
Quand le soupir t'alanguit enfin, essoufflée et brisée...
... Qu'y faire, si le lit n'a gardé que la trace d'une place, et le froid à côté?

Ut le 25/08/2008


Repost 0
Published by Ut - dans Duos
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 22:39


Le silence n'est que de Toi l'absence
L'absence naît à l'ombre de ton silence.

Le bruit de tes mots au bord de mon coeur
Font résonner à mon esprit des airs de malheur.
Ils sont manque d'écho
Sur le va et vient de nos mots.
Ils sont comme la lourde sentence
Qui me condamne à cette pénitence
Du partage ébauché,
Bousculé, tu, et puis rechanté,
Qu'ensemble on avait avant
Lorsqu'il y avait un sentiment.

La musique de ta voix
Manque à mes émois.

Cette douce mélodie sans pareil
Manque au charme de mes oreilles.

Tu es si loin qu'à peine un murmure
Me parvient à l'appui dur,
Pour me laisser ce mince espoir
Qu'un jour je puisse te revoir,
De mon coeur à l'attente
Du bruit de ton existence.


Tous ces petits riens, quand j'y pense,
Avaient de la valeur, de l'importance.

Tu te dis en descente d'enfer
Mais je n'entends pas tes vers....

Je n'entends plus ta voix et en cela est le drame
Car je ne trouve plus la voie qui conduit à ma femme.

...Ni tes larmes de souffrance
Ni ta funeste errance....

Et le manque de ma déesse
Me fait crier détresse!

...Je n'ai que ton silence
Je hais cette absence!

J'abhorre ce grand vide
Qui laisse mon coeur livide.

Et je crie à l'aube de tous les futurs,
Mon aimé, mon duo, sans toi plus rien ne me dure!

Et je hurle tous les soirs sous la lune
L'immense drame de mon infortune!

 

Dieu l'a compris,
Qui m'a donné la force infinie

D'espérer un jour en ta grande clémence
Et que tu daignes accepter ma présence
De rester là, debout en silence,
A t'attendre,
À te suivre ainsi comme une ombre dans le décor
Tel un fantôme à qui on aurait refusé la mort.

Ut (chutttt...)
 Un Vae passe......


  le 02/08/2008

 

 

 

Repost 0
Published by Ut - dans Duos
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives