Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 06:17

Ses mains virevoltaient, pianotaient, ensachaient, repartaient.

Brunies de soleil et de fruits.

Dans sa litanie la mer de Provence chantait «Belles, Belles mes cerises».

Le vent embrouillait le nuage de ses cheveux noirs et bouclés.

Le soleil avait ridé ses joues, son sourire maquillé, défraîchi depuis matin.

Ses bras nus, bruns potelés sur les muscles des cagettes posées, déposées, enlevées, trimballées, accompagnaient tous ses doigts.

Un sachet, de la monnaie; un fruit, un sourire; «Belles, Belles»…..


Ménagères et touristes s’agglutinaient à l‘étal:

Un «flouf» de robe bariolée sur peau noire secouait sa coiffe, une large main sur le bras du petit qui traînait, ahuri.

Des sous qui claquent, roulent par terre.

Des voix et des rires, comme un bourdon continu, le bourdon du monde.


Les cerises comme des reines, en un tas monstrueux, tout gonflé de soleil rougi.

Les cerises changeaient de mains; la monnaie remplaçait les cerises, dans un maigre tiroir gris.


Un doigt d’or brun pousse une mèche sur sa joue, encaisse, vole les cerises sur l’étal, les plonge dans du papier, bronzé lui aussi; attrape les centimes cuivrés.

«Belles; Belles mes cerises. Demain il n’y en aura plus!»


Je grimpe mes étages loin du vent, dans l’humide de l’escalier à tomettes, deux sachets de papier brun à la main… Quel régal: un melon d’or et des cerises de sang; le ciel et la terre de mon midi……..


Ut le 22/07/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lmvie 26/07/2009 14:59

Vois-tu je suis tellement heureuse d'avoir cliquer de nouveau sur ce lien que jamais je n'ai enlevé...

Quand tu écris, je suis à l'endroit de la scène, je la vis...et moi j'aime "vivre"

Merci Ut

Ut 27/07/2009 08:36


Oh que oui, si il y a quelqu'un ici qui aime vivre!!!!!!!!!!
Alors fais les vivre, ces mots, qui n'existent qu'en perception.            Ca, c'est l'écriture de velours de ma petite chatte
blanche qui veut que je la caresse: " vv cppppppp " Lol!
Baisers


Kranzler 26/07/2009 02:23

Chez toi, une ligne sur trois, c'est presque magique.......

Ut 26/07/2009 14:26


Si tu en faisais autant, toi que j'attends?!


gazou 25/07/2009 07:58

Comme la vie du marché est bien racontée..Je vais justement m'y rendre tout à l'heure et je vais le voir avec d'autres yeux

Ut 25/07/2009 08:35


Je t'en souhaîte plein de bonheur!


loic 23/07/2009 16:12

Les métiers de la vie. Tu racontes bien cette vie des métiers. Ceux qui sont humains, ceux pour qui les contacts sont plus importants que les centimes. Un brin d’accent, des yeux dans les mains, un tantinet de malice dans le sac de papier, une balance approximative (en plus comme en moins), l’arrondi du prix dans le cœur et le vent, parfois, comme invité : un marché quelque part, en Provence ? Amitiés. Loic

Ut 24/07/2009 10:05


Comme tu la dis bien ma Provence!
Ah, "des yeux dans les mains"! .....
Grand merci Loïc. Ce com mériterait de figurer en première page.
Toute mon amitié, barbouillée de soleil ;)


marlou 23/07/2009 13:29

Appetissant ces odeurs, ces couleurs, ce soleil du marché !

Ut 24/07/2009 09:55


Ben, Vé, je me suis régalée :)


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives