Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 08:02

DSCN0475


Tu sais, il m'a dit « Je t'aime. »

Enfin!

Mais il avait ces yeux verts et froids qui regardaient trop loin.

Tu sais.

J'ai ri.

J'ai ri jaune....

Tu sais bien comme ils font les garçons : ils jouent l'instrument du corps : ils te bisent, te disent, te lissent... et hop! Tout d'un coup tu te crois belle, et attirante, et tu ne veux plus qu'une chose : leur plaisir et les baiser.

Parce que c'est ça : c'est la fille qui fait l'amour au mec ; pour que son truc-sexe se lève, concrétise ta beauté.

Toujours.

Et lui, il fait confiance à son truc-sexe... et ses yeux verts s'oublient sur un des murs de la pièce.

S'oublient à ne même plus te sentir Toi ; juste corps à jouer et se faire plaisir.

Musique. Tu sais.

Et si nous étions deux femmes dans le lit, ses yeux verts se fermeraient peut-être pour mieux se concentrer sur le plaisir, mais rouvriraient vite leur regard vide.

Le regard de dedans le corps ; pas sur.

 

Et il dit « Je t'aime. » Pour recommencer. Pour la prochaine fois. Le prochain corps à son corps.

 

Mais après tout.....

Pourquoi mettre de l'âme dans les effleurements de corps? Du « je t'aime » dans les sucs des corps?

Qui le demande?

 

Dieu créé ; procréé... d'amour pur???

 

Créer et procréer. Dualité âme et animal.

Tout est là, tu sais.

Tu sais.... Ah! Ce besoin d'enfant de lui!

Enfant objet trépignant et toujours, toujours visible, dès le ventre engrossé déjà, de ce truc dur et érigé pour moi. Pour moi seule, ce coup là.

Et les yeux verts de l'enfant né ne diront rien à personne ; rien de la bête assoiffée d'yeux que je suis.

Serai.

Mourrai.

Tu sais.

Tu sais bien.

 

Enfin... il m'a dit « je t'aime »....!

 

Ut le 26/03/2010.

Nouvelle-image2.gif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

claire 11/05/2010 13:42



je ne sais pas Ut...mais c'est bien beau ce que tu dis///


bises... 



Anteria 26/04/2010 10:09



la bible est en grève !


on est souvent seul au milieu du monde, mais il y a toujours de belles rencontres


pour ces vacances il ne dira pas qu'il m'aime il est trop loin de moi et il oublie que je suis là dans mon petit coin a l'attendre 



Ut 27/04/2010 10:42



Sourire... il est bien connu que  les garçons ne pensent aux filles que lorsqu'elles sont sous leur nez...


Bisous toi.



Anteria 25/04/2010 19:46



Antéria est de retour sur la toile :-)


mais personne lui dit je t'aime même si elle aimerais bien 


toujours extra ton blog !



Ut 26/04/2010 07:53



Je sais que tu cours d'un cour à la bibliothèque et puis à la danse ; je sais qu'Anteria écrit solitairement : je lis ce que tu publies ; toujours :)


Comment se porte la Bible? (rire!)


Je ne pensais pas qu'on puisse être si seule au milieu d'étudiants!...c'est pour ça que je ne te dis rien : je t'écoute, un peu triste... et j'attends tes vacances pour t'entendre dire qu'Il
t'aime!


Je t'embrasse tendrement petite fille au passé dans ses livres.



fanfan 31/03/2010 13:56



Je suis contente de voir que tu es toujours là et te lire avec toujours autant de plaisir!


L'amour et le désir :où est la frontière?


La femme et l'homme n'aiment pas de la même façon c'est évident ..L'instinct et le conditionnement .. bloquent parfois ou l'un ou l'autre .. L'entente parfaite des corps et de l'esprit ne dure
que le temps (en encore) de dire ouf!


Je suis revenue par Toulon avec ma copine (Nice à l'aller avec la chorale); nous avons attrapé le bateau d'extême justesse; une course échevelée depuis Draguignan car nous nous sommes trompées
d'autoroute!!


 Bisous


 



lutin 30/03/2010 12:00


Ravie de te relire.


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives