Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 09:33

 

IMG00027-20101030-2227.jpg

 

 

Six heures matin quotidien.

 

Un long tunnel carrelé blanc.

Un escalier de fer qui grinçouillle à gauche.

La femme qui hue-dia une énorme valise dans l'escalier de pierre à droite.

En haut sous la tôle métallique, la fumée de cigarettes.

Un mec qui gratte son nez.

Des tas de gens qui fouillent des téléphones portables.

Des voix basses de couples de collègues.

Des paupières en colère.

L'encore glauque de la nuit qui meurt.

Des sièges de bois bordés de vieilles flaque d'urine par terre.

Le silence infini parallèle, vide, des rails de chaque côté du regard.

Un sommeil qui n'en finit pas de se réveiller.

Lui aussi qui attend le train : mec en gris, casquette et sifflet, qui ne partira pas avec nous.

Le type qui s'assied toujours derrière moi a déjà des écouteurs sur ses oreilles.

 

L'attente.

 

Le courant d'air pressé du train qui arrive trop vite, couine ses freins, s'immobilise.

Grappes de gens devant les portes.

Les marches trop hautes.

Le wagon qui sent le vieux.

L'annonce des gares prochaines hurlée dans le micro au-dessus des sièges suintants de miettes, de taches.

Un 20 minutes d'anciennes nouvelles qui tombe (nt?) quand j'ouvre la tablette devant moi.

 

Ne pas respirer.

Fermer les yeux le temps de sortir un livre de mon sac à dos. Les rouvrir sur les mots enfin, les mots à rêver ailleurs et si loin.

Pour ne pas mourir.

 

Ut le 01/06/2012

Nouvelle-image2.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Nine
commenter cet article

commentaires

juliette 05/06/2012 10:40


Si bien dit le quoticien triste de ceux qui travaillent


Il me faut y penser avant de m'attrister sur moi-même


Bises tendres


Juliette

Ut 10/06/2012 09:47



Oui, mais faut pas exagéreer : j'ai la chance d'avoir du boulot !


Je t'embrasse tendrement.



indya 03/06/2012 09:32


Je te suis toujours, de loin en loin mais ce n'est pas important. Tes mots toujours simples mais profonds, tes odeurs, tes visions me plongent dans un monde inconnu parce que c'est le tien mais
pourtant familier, parce que je m'y reconnais.


Je t'embrasse chère Ut.

Ut 03/06/2012 10:19



J'espère juste que tu vas bien belle Indya.



lutin 02/06/2012 22:54


le train, la promiscuité, j'aime car elle ne m'est pas coutumière, mais dans ces lieux j'aime observer la différence des gens, mon regard s'aiguise et le temps me parait court d'une station à
l'autre, mais je me sens vivre car la vie est là. Ce que l'on n aime pas c'est la répétitivité, alors voilà je me régale de cette foule inconnue, il y a tant de choses à y voir.

Ut 03/06/2012 10:21



Parce qu'elle ne t'es pas coutumière... Il y a 5 ans j'écrivais beaucoup ces gens ; j'avais même l'impression de les violer sans qu'ils le sachent... Oui, la répétitivité détruit salement.



vendredi.M 02/06/2012 13:02


Oui, c'est mon gros défaut, je m'enferre..."La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules" de Philippe Delerm est un livre qui parle des petits bonheurs de la vie, c'est un recueil de
nouvelles qui ta plaira j'en suis sûre.

Ut 02/06/2012 22:24



Hummmmmm... c'est noté dans mon petit carnet à bonheurs futurs.


Je finis à l'instant un livre magnifique : "Les déferlantes" de Claudie GALLAY... Comment peut-on oser même penser qu'on sait écrire quand on la lit ? (je parle pour moi,  hein Callivero)
Rire !!!


Je t'embrasse.



vendredi.M 02/06/2012 12:08


Et bien, tu vois, peut-être devrais-tu t'atteler à ta propre "tapisserie de Bayeux"en mots et en imag...inant une longue histoire :) Ou bien des nouvelles pour commencer, comme cette "première
gorgée de bière", livre que sans doute tu connais ?

Ut 02/06/2012 12:59



Tu ne lâches jamais, hein ?


Je ne connais pas la "Première gorgée de bière".... mais j'ai envie !



Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives