Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 07:38

L'Anonyme est cabossée, mutilée, percée.

L'Anonyme n'est plus qu'une cicatrice vide.

Et cela réveille bien souvent sa nuit ; cette petite mort du sommeil où les rêves ne peuvent être empêchés et tus.


Cette nuit là, peut-être plus solitaire qu'une autre, plus fragile, ses amours l'avaient dépouillée encore une fois. Amours blessés qui ne lui avaient laissé que des enfants sans pères qu'elle avait élevés, houspillés, torchés... Adorés...

Les enfants perdus.

Et son corps tremblé l'avait réveillée de tout ce froissé vécu, cogné... jusqu'en son ventre gonflé d'un bébé...

Cette nuit là.

 

Dans le silence de tous les dénuements, ses mains craquelées caressaient le noir et sa solitude.

Et elle ne criait même plus à l'éveil du cauchemar : c'était presque quotidien cette souffrance.

Et le petit chien noir et blanc à ses pieds ne lui léchait pas la consolation au vieux et maigre visage : il ne fallait surtout pas qu'elle se pique au poignard des larmes de mémoires.

Alors chien écoutait humblement l'Anonyme bousculer sa maigreur sous ses tas de chiffons ; gargouiller un grincement.

Puis il veillait avec elle, heures de silence sur heures de silence, sans un mouvement... avec juste les trous noirs des yeux de la vieille piqués sur son néant.

 

Ut le 17/01/2010.

Nouvelle-image2.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by Ut - dans Nine
commenter cet article

commentaires

Renard 26/01/2010 01:11


Haillons, jeans ou jupons de soie, nous sommes combien d'anonymes solitaires!!!
Tu es LA VOIX de cette multitude qui se couche pour cauchemarder ou rester immobile dans le noir..
D'autres encore n'osent plus regagner leur lit qu'au petit jour, certains alors d'être si fatigués qu'ils sombreront dans un sommeil sans rêve..
Que tu dis bien la désespérance!!!
Gros bisoux doux à toi Ut 


Ut 29/01/2010 21:27


Tu vois mon Renard, il manque quelque chose. Il manque le raidi, le sué, le crochet pendu de la souffrance. Celle des hôpitaux ou des personnes malades dans un lit de nuit... qui n'en finit pas
d'appeler le jour.
Je n'en ai que l'intuition, pas le vécu.
Il manque encore, tu vois....
Je t'embrasse très tendrement.


daniel3 19/01/2010 20:15


Bonjour Ut
Un beau texte, mais l'Anonyme peut être partout
Bonne soirée -  daniel


Ut 24/01/2010 17:53


Oh oui.....
Belle fin de dimanche Daniel.


fbd 19/01/2010 18:04


arrh je me demande si ton blog n'est pas "trop fort pour moi" comme disait Little Nemo in Slumberland.


Ut 24/01/2010 17:52


Rire!!!! Ben tu as réussi..........! :)
Bisous.


balaline 19/01/2010 15:15


Ils savent tout, ils sentent tout, leurs yeux le disent bien plus fort que les mots des humains ne sauraient le dire, sauf les tiens qui tirechamboulent nos coeurs et nous entraînent parfois vers
l'innommable ! bises à réchauffer les coeurs tendres


Ut 24/01/2010 17:51


J'ai mit le temps, mais j'ai fini par les recevoir, tes bises chaudes!
Je t'embrasse Balaline.


colette 18/01/2010 20:59


il l'écoute parce qu'il sait que nulle cicatrice  n'est vide !


Ut 24/01/2010 17:50


Hummmmm.... rien que tes mots....!
Bisous Colette.


Présentation

  • : Le blog de Ut
  • Le blog de Ut
  • : Juste un Cri d'elle à eux.
  • Contact

Profil

  • Ut
  •  Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. 
donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.
  • Elle est comme la note, volatile et grave. Elle écrit comme elle peint: pour oublier de se souvenir, et donner en partage; participer à l'ouvrage. donner l'encre ou les couleurs de sa symphonie à une note.

Texte Libre

Recherche

Archives